« GaAAAaaaArde à vous ! » … ou « Gare à vous ! »

Dans son billet du jour « CONSEIL MUNICIPAL D’ORLEANS : CORRIDA OU CHASSE A COURRE ? », mon ami le Chat de gouttières nous décrit avec son talent habituel les derniers rebondissements d’une affaire d’exclusion autoritaire qui influencera certainement la donne des prochaines élections municipales à Orléans.

Depuis quelques temps, Tahar Ben Chaabane et Guy Torreilles, deux conseillers élus sur la liste d’alliance à prépondérance UMP aux dernières élections municipales, s’arrogent le droit d’exprimer leurs points de vue sur les affaires de la Ville en toute indépendance et soutiennent qui bon leur semble lors d’autres suffrages. Sacrilège !
L’on prévoit donc qu’ils soient exclus en représailles du Conseil de Communauté au sein duquel ils siègent comme ils ont été chassés du groupe majoritaire durant l’été.
Dans la logique partisane dominante, ces motifs d’exclusion s’appuient sur de grands principes que l’on appelle, en fonction des circonstances, « Loyauté », « Fidélité » ou « Discipline de vote ».

Beaucoup aujourd’hui s’en émeuvent, s’en offusquent et crient au scandale.

Et pourtant !
En d’autres circonstances, les citoyens et les élus, de concert, acceptent de bonne grâce cette réalité malheureuse.
Pire, ils la cautionnent, l’entretiennent par leur relation servile au Pouvoir.

A Droite, à Gauche, au Centre et Ailleurs, trop nombreux sont ceux qui acceptent de passer par les fourches caudines des méthodes partisanes.

Les exemples ne manquent pas.

Je me souviens d’un Conseil de Communauté de l’Agglo, durant lequel l’adjoint au Commerce de Jean-Pierre SUEUR, Henri BENOZIO, avait sommé le maire d’une Commune périphérique de « faire preuve de fidélité » par un vote favorable aux délibérations présentées par le bon Président, chef du parti majoritaire. Un acte d’allégeance, en somme !
Mal lui en avait pris, le maire était un indépendant forcené qui ne se rangeait sous aucune autre bannière que celle de sa propre Commune et qui entendait bien voter en son âme et conscience.
Pour l’adjoint, comme pour beaucoup d’autres élus, « âme et conscience » avaient depuis longtemps été vendues contre une investiture qui seule, dans le système partisan dominant, permet à la plupart d’accéder à un mandat par lequel ils pourront s’investir au bénéfice de la Collectivité.
C’est en toute confiance et pleins de bonne volonté qu’ainsi nombre d’élus se lient eux-mêmes les poings. Un jour, ils s’en étonnent ! La fable du chien et du loup.

Autre anecdote véridique et croustillante, cette fois au Conseil Général du Loiret.
Un pont à l’Est de l’agglomération figurait à l’ordre du jour.
Quelques maires avaient élaboré un contre-projet qu’ils avaient présenté à certains Conseillers généraux.
Ceux-ci, convaincus du bien-fondé de l’alternative comptaient la faire valoir en séance plénière.
Le jour venu, on se rassemble.
Dans l’hémicycle, les Conseillers se rangent.
A la tribune du public, se pressent les associations et élus auteurs du contre-projet.
Soudain, l’un des maires se sent tiré par la manche. On l’invite à venir discrètement dans le couloir.
Le comploteur est un des Conseillers généraux rencontrés quelques jours plutôt qui avait juré ses grands Dieux qu’il interviendrait en faveur de l’alternative.
« Je ne dirai rien; On nous a réunis hier. Le Président ne veut voir qu’une tête. Il est formel ; si une seule main se lève, son propriétaire ne recevra plus jamais d’investiture. Je suis désolé.« .
Il pouvait l’être, « désolé ». Honteux de trahir sa parole, le mandat qu’il a reçu de ses électeurs pour faire entendre leurs voix, son âme et sa conscience. Mais résigné. « Comment faire autrement ?!!!« .

Le système partisan domine.
Il y a à cela maintes causes.

Bien que l’article 4 de la Constitution de la Vème République, ainsi rédigé :

« Les partis et groupements politiques concourent à l’expression du suffrage.
Ils se forment et exercent leur activité librement.
Ils doivent respecter les principes de la souveraineté nationale et de la démocratie.
Ils contribuent à la mise en œuvre du principe énoncé au second alinéa de l’article 1er dans les conditions déterminées par la loi.
La loi garantit les expressions pluralistes des opinions et la participation équitable des partis et groupements politiques à la vie démocratique de la Nation. »

… invite les partis à servir la Démocratie, la pratique partisane, soumise à la nécessité de gagner les élections pour se maintenir « aux affaires », a transformé les appareils politiques en machine à fabriquer des carrières pour ses membres.
Certes, on y garde encore le droit de penser. Mais une grande énergie y est détournée au profit de stratégies électorales, d’alliances, d’effets d’annonce et manœuvres tactiques qui n’ont d’autre intérêt que d’assurer la main-mise de quelques uns sur le devenir de tous.
Si encore cela servait les idées politiques qui sous-tendent l’action des partis.
Force est de constater qu’il n’en est souvent rien ; On l’a entendu dernièrement dans la bouche d’un Président de Gauche qui prône la compétitivité !

La représentation locale des partis joue à fond le jeu manœuvrier.
Dans le Loiret, en son temps, j’ai assisté à des marchandages de mandats entre représentants des appareils, en sous-main, loin des débats contradictoires offerts en pâture aux citoyens.
On se retrouvait autour d’un verre et l’on sacrifiait une circonscription à la Droite en présentant un second couteau face à un ténor du RPR.
En échange, on obtenait quelques cantons de Gauche dans un Département où la ruralité et d’habiles découpages administratifs assurent la part belle aux notables conservateurs et, par conséquent, une confortable stabilité à la Droite.
Les électeurs n’y voyaient que du feu.

Bref, les politiciens partisans font leurs petites affaires entre eux en ne respectant que les règles qu’ils se sont fixées.
Leurs petites affaires gouvernent nos grandes affaires.

Tant que l’électeur, voix locale du Peuple souverain, glissera dans l’urne son bulletin pour détrôner indifféremment ceux de Gauche ou Droite qu’il a précédemment portés au pouvoir,
tant qu’il concevra son vote comme un outil de sanction plutôt que comme une délégation confiée à un autre citoyen en tous points son égal,
tant qu’il considérera un maire comme un patron local au lieu de le tenir à sa juste place d’exécutif du Conseil municipal,
la voix du Peuple restera muette, bâillonnée par sa propre servilité.

Ainsi pourront perdurer entre élus les règles tacites qui ne font bêler que ceux qu’on mène à l’abattoir.

Publicités
Cet article, publié dans Les billets politiques, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour « GaAAAaaaArde à vous ! » … ou « Gare à vous ! »

  1. Cestnabum dit :

    Chien rebelle

    Le système des partis entrave la liberté individuel de l’élu.
    À quoi sert de voter pour un personnage incapable ensuite de s’exprimer à titre personnel.
    Il suffit de désigner une seule personne qui prendra les décsions en fonction de la ligne officielle

    C’est absurde, c’est indigne et c’est surtout une insulte au libre arbitre.

    Cette habitude fait de nos élus des godillot aux ordres ce qui réduit d’autant leur capacité de réflexion et leur intelligence personnelle. Nous en avons chaque jour la preuve, la stupidité n’a pas de parti, elle règne en maîtresse sur ce système clanique qui finit naturellement par avoir des comportements mafieux

  2. minijack dit :

    Hélas, vous avez entièrement raison.
    Je suis choqué du fait que l’on assimile l’esprit d’indépendance à une forme de rebellion, voire d’opposition contre l’autorité en place, quelle que soit celle-ci, et encore davantage que l’on rejette toutes les formes de désaccord dans un même melting-pot aussi flou que varié sans prendre en compte le cas-par-cas de ces dissensions. (formule dichotomique bien connue du : « tout ce qui n’est pas avec est nécessairement contre »)

    Nous avions un système de « Démocratie Représentative » qui avait fait ses preuves tant que le « Régime des Partis » n’était pas encore parvenu à s’imposer… Hélas, nous y sommes depuis déjà deux décennies au moins et maintenant, à l’intérieur de la Droite comme de la Gauche, ou même d’un soi-disant « Centre », il n’est apparemment plus permis d’émettre la moindre opinion divergente, ou seulement nuancée, par rapport à la ligne directrice adoptée ou décrétée par les seigneurs-présidents de ces partis. D’où la lutte âpre, à toutes les échelles, pour prendre le siège tant convoité à l’intérieur de chacun de ces partis.
    Serions-nous revenus à un régime féodal ?
    Pourtant, il arrive que les seigneurs se trompent ! Mais quel courtisan le leur dira désormais, sans risquer sa place ou sa tête ?…
    Selon un dérivé du Principe de Peter, notre système de représentation démocratique, comme tous les systèmes établis, finit par ne tourner que pour lui-même. Il est grand temps de le remplacer.

  3. Miguel dit :

    Il y a les désaccord. Et puis il y a la manière de s’expliquer ou pas, d’assumer,… etc
    Dans cette affaire, quand on voit les pressions exercées (et racontées en CM – en ligne mercredi sur le site de la ville), on ne comprend pas le manque de courage face a un probléme ma fois tres classique. Et puis on entend le maire appeler son conseiller « Mr 2% ». Il le fait à plusieurs reprises, comme ça, devant tout le monde. Et là on alluvionne : il a laissé la haine s’installer dans les rangs de sa majorité, il l’encourage. Pour moi, il est là le problème de la majorité municipale : il vogue au grès du ressentiment, tantôt contre l’opposition, tantôt contre l’image fantomatique de l’ancien maire, tantôt contre tel ou tel groupe d’habitants, tantôt pour tel ou tel colistier… Ils ont un sacré problème !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s