Le beau Monseigneur, les notables et les gueux.

Voila bien longtemps que je n’avais eu l’occasion de franchir le seuil d’une église lors d’un office religieux.
Oui mais voila ; Ce n’est pas tous les jours qu’un chien est invité à se joindre à la Saint Nicolas des mariniers.

Photo B. Dehayes. "La mise à disposition de ces photos n'implique nullement la responsabilité de leur auteur quant au contenu de l'article.

Photo B. Dehayes.
Ces photos mises à disposition n’impliquent nullement la responsabilité de leur auteur quant au contenu de l’article.

La soirée de samedi fut féconde en émotions, ripailles, chansons de Loire, bonimenteries de conteur et généreux partages.
Par solidarité plus que par conviction, me voici appuyé à un pilier tout au fond de l’église Saint Donatien.
Mon œil amusé et impie se promène sur la foule pour passer le temps.
Un petit garçon en knikers de velours se faufile entre les jambes des adultes.
Des dames sages en petite veste molletonnée hochent la tête vaillamment en chantant les cantiques.
Une soprano, emportée par sa ferveur, émaille le chant des chœurs de fausses notes mystiques.
Il y a là, un certain Orléans.

Photo B. Dehayes. "La mise à disposition de ces photos n'implique nullement la responsabilité de leur auteur quant au contenu de l'article.

Photo B. Dehayes.
Ces photos mises à disposition n’impliquent nullement la responsabilité de leur auteur quant au contenu de l’article.

Je connais bien la liturgie ; Dans un passé lointain, je fus de ces jeunes chiens qui jappaient joyeusement pour la gloire du Très Haut.
Même si, aujourd’hui, c’est la Terre et les Hommes qu’elle accueille qui pour moi sont sacrés, le tintement des pièces et le discret froissement des billets dans les corbeilles de quête durant qu’on prépare l’eucharistie ne me révulsent plus ; J’ai depuis longtemps admis que l’église est une institution humaine et, qu’à ce titre, elle n’échappe pas aux basses besognes dictées par les besoins de la chair. « Tu es Pierre et sur cette pierre je bâtirai mon église« .
Jusque-là, rien de bien remarquable. On lit la Bonne Nouvelle, on s’assied et on se lève, on psalmodie le rituel, on exulte humblement, on se salue au nom de Sa Paix. Rien n’a changé.

EvequeEt puis soudain, mon œil pétille et mon oreille se met aux aguets.
Il est fringuant ce mince Monseigneur barbu.
Je ne l’ai jamais vu auparavant.
D’allure, ce pourrait être un émule de Guy-Marie Riobé.
Une voix jeune et claire, des gestes francs, un sourire engageant; On lui donnerait le Bon Dieu sans confession.
Voici venu le temps de l’homélie.
C’est sympa, une homélie, pour celui qui la prononce ; Votre parole porte le sceau divin, excusez du peu !
Vous parlez seul à tous les autres sans que nul ne puisse vous interrompre, vous contredire. Vous sermonnez guidé par l’inspiration céleste.
D’entrée de jeu, le prélat s’en réclame ; Aux quelques élus qui peuplent le premier rang – notabilité y faisant droit – il lance en substance : « Tant que je vous tiens, je vais pouvoir vous faire passer mon message unilatéralement« . Tenez-le vous pour dit et que tous les autres en profitent.
Puis, de sa voix douce et ferme, il affirme que sans Dieu la conscience humaine n’est rien. « Sans la foi, les hommes sont des loups ».
Et pour marteler sa vérité première, il illustre ainsi son propos : Les régimes politiques athées ont tous conduit l’Humanité au chaos. Des exemples ? le Nazisme et le Communisme, bien sûr !
Si ! Si ! Vous m’avez bien lu.
Nazisme et Communisme dans le même panier.
Eut-il parlé de Stalinisme ou de Maoïsme, j’aurais pu accepter l’idée.
Mais que nenni ! C’est bien le vieil ennemi rouge dont il agite les restes devant une foule consentante puisque réduite au silence.
Et tout cela avec aux lèvres un doux sourire œcuménique.
Moi, au fond du transept, j’ai les babines qui frémissent.

« Sans foi en Dieu, les Hommes sont des loups ».
Je pense à l’inquisition, à la congrégation pour la doctrine de la foi compétente pour ce qui touche aux points de doctrine et aux mœurs, dirigée dès 1981 par un certain cardinal Ratzinger, devenu aujourd’hui Benoit XVI.benoit-xvi201007200
Ce beau « Monseigneur » sympathique ne serait-il pas en train de savonner ouvertement la planche sous les pieds de notre République laïque ?
De nos bons politiques, assis bien sagement, pas un ne se lève pour marquer sa désapprobation. Il fait chaud au premier rang et les fidèles sont aussi des électeurs.

Mais le plus insidieux n’est pas venu encore.
On assiste à une petite digression récréative et consensuelle sur le thème du salut des jeunes qui, dans le désert, lors d’un pèlerinage convivial, ont renoncé à leur addiction à l’Ipod et découvert les bénéfices de la méditation silencieuse sous la houlette de notre saint homme. Alléluia ! Grâce lui soit rendue !
« Triste matérialisme », « Victimes d’un monde mercantile » …
Cling, cling, cling fait la monnaie versée dans les paniers à oboles.
Oui, oui, oui, font les têtes hochées.
Technique de vente bien rodée ; On obtient quelques consentements benoits au moyen de propos indolores puis on attaque dans le gras.
Cette fois, dans la même phrase, mariage gay, euthanasie et avortement se côtoient, culs nus, pour recevoir l’anathème ; Perversions d’hommes sans foi, sauvageries de loups.
Benoit XVI et son infaillibilité sont appelés à la rescousse.
Un ruban sur le tout pour ficeler le propos.
Ni vu ni connu, je t’embrouille.
Ça, c’est de la rhétorique ou je ne m’y connais pas !
Même les premiers rangs n’y ont vu que du feu, devenus complices par excès de notabilité.

Je pars, la canine vibrante, avant de pouvoir entendre à la sortie de cette messe quelques fidèles bien pensant s’alarmer des discours des Frères Musulmans.
Ce serait trop pour un jour de fête.

Jacques Blanquart vs Tareq Oubrou

Publicités
Cet article, publié dans Non classé, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Le beau Monseigneur, les notables et les gueux.

  1. Cestnabums dit :

    Mon Chien

    Je savais que ma place n’était pas dans cette église. Le mécrant ne peut supporter la bonne conscience quand celle-ci oublie le poids si considérable de l’histoire. L’inquisition, les croisades, l’intégrisme sont aussi des hérésies officielles de nos chers religieux. Voilà la farce qui vous fut livrée. Grand dieu, j’ai bien fait de ne pas y aller. Que saint Nicolas me pardonne, mais quand en l’espace de 40 ans l’église proclame 28 saints et bienheureux d’Orléans à la Chapelle, c’est sans doute que la maison n’est pas très regardante sur les vertus morale C’était entre 511 et 551 sans que rein n’est vraiment changé depuis. Le bien est en eux, le diable chez les autres. Paix à leurs âmes, je les leur laisse avec plaisir !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s