« Sans les partis, point de Salut ! » … Mon cul !

Objectif 2014 : Les grandes manœuvres des partis politiques locaux ont commencé.

Dans la majorité actuelle, le maire élabore Char UMPsa nouvelle liste en tenant essentiellement compte du potentiel de voix porté par chaque candidat de l’équipe. Un coéquipier pèse 5000 voix; Hop! Sur la liste. Il ne pèse que 200; Out! Untel a déplu, n’est pas discipliné, présente des risques de déviances ; Out! Unetelle est bien ancrée dans le tissu social, est bosseuse et fidèle, permet une ouverture sans risque au centre ; In.
Comme lorsqu’on fait un cocktail, il s’agit que le goût d’ensemble présente une certaine harmonie susceptible de plaire à un large électorat. Les postulants – qu’ils soient déjà en place et aient trimé sous le joug ou qu’ils attendent à la porte – suent à grosses goûtes car, à droite, c’est un homme seul qui décide du sort de chacun et de tous. Il demeure le chef incontestable.
Une fois l’équipe constituée, on lance le processus d’élaboration du projet de mandat. Brainstorming festif ; Chacun a le droit de s’éclater, de manger, de rire, de dire ce qu’il veut pourvu qu’il reste dans le cadre de ce qui plait au chef. Le chef, lui, ne participe pas. Il boit un verre dans un coin avec deux ou trois de ses lieutenants tandis que les autres animent les ateliers. Il le sait : Ce qui est important ce n’est pas les résultats obtenus par les groupes de travail, c’est la dynamique créée dans l’équipe. Dynamique nécessaire le temps de la campagne. Il faut motiver les troupes pour que ça rayonne sur les marchés le samedi. Les idées, les projets, ne seront lus par personne. La force du marketing politique, ce n’est pas le fond, c’est la forme.

Au Parti Socialiste, c’est plus complexe.
D’abord, on est de gauche ! Donc … faut être « Par-ti-ci-pa-tifs ». C’est inscrit dans nos gènes de vrais démocrates. Car nous, nous sommes les Vrais Démocrates, les Vrais de Vrai.
En plus… c’est un filon qui marche à fond; On ratisse beaucoup de voix car la simple sensation d’avoir contribué – à la désignation de la tête de liste, au contenu du programme, à la conception de la campagne… peu importe – la simple sensation d’avoir contribué fait glisser le bon bulletin dans l’urne à tout électeur « de sensibilité de gauche ». Après, on fera ce qui nous plait – éventuellement même, le contraire de ce qu’on avait annoncé – et aucun de nos électeurs ne pourra s’insurger puisqu’il aura par-ti-ci-pé et se sentira donc solidairement coupable de toutes nos trahisons.

On tente tout d’abord des « primaires citoyennes » pour désigner la tête de liste. Il faut dire que, sur ce point précis, au parti socialiste orléanais, on a un problème. Tout le monde doute que la candidate à la candidature de maire ait suffisamment de poids pour s’opposer au tenant actuel du titre.
Eh oui ! A droite comme à gauche, on résonne « combat des chefs ». En marketing commercial, on nommerait cela le « produit phare » ; Celui qui attire le client puis lui fait acheter tout un paquet de trucs dont il n’a nullement envie.
Au dernier moment, on se ravise; il y a un risque du côté des autres partis de gauche « partenaires » . On remplace les « primaires citoyennes » par des « primaires tout court » au sein des militants. C’est plus sûr. On s’occupera de vassaliser les partenaires plus tard.
Deux sympathiques candidats – Michel Brad puis Bernard Arlot – viennent cautionner la désignation préprogrammée de « la-candidate-partie-la-première », Corinne Leleveux-Texeira.

Ensuite, on lance « Agoras » autour de la devise « Osons Orléans » (Tiens, ça me rappelle quelque chose!). « Agoras » prend la forme de forums citoyens qui ont pour but d’élaborer un projet participatif pour Orléans. Que du bonheur ! C’est donc, à quelques mois des élections, une resucée locale des « Universités populaires et Char PSparticipatives » de Ségolène Royale lors de sa campagne présidentielle.
« Agoras », sur le fond, c’est une très bonne idée ! Mais pourquoi diable, ces élus de gauche – qui siègent au Conseil municipal depuis cinq ans déjà – n’ont-ils pas consulté le Peuple plus tôt ? Hein ! Pourquoi ?
Le Peuple n’aurait-il aucune idée en cours de mandat ?
Ne serait-ce pas plutôt pour obtenir le même effet porteur que celui qu’on escompte obtenir à droite ? On lance la dynamique qui nous mènera au Pouvoir. Une fois arrivés dans nos sièges …

Bref, les deux appareils politiques les plus importants ont entamés les grandes manœuvres sur un champ de bataille où flottent les drapeaux du bipartisme.
Car ne vous y trompez pas ; Ces démonstrations de force n’ont qu’un objectif : Occuper le terrain majoritaire. Comme cela : Une fois je gagne, une fois tu gagnes. Quand je n’exerce pas le pouvoir, je sais qu’il me reviendra au prochain mandat.

Et, pendant ce temps, les Radicaux, les Verts, les Communistes, les UDIsistes, les Modem et les indépendants de tous poils, bardés d’idées et de bonne volonté, restent sur la touche en se demandant quand et comment ils vont pouvoir rentrer sur le terrain.
On se tâte. On se téléphone. On prend des contacts. On dit qu’on y va. On n’y va plus. Un pied dedans. Un pied dehors.
On se demande s’il faut partir seuls ou bien se ranger tout de suite derrière l’un des gros chars d’assaut. Au second tour, peut-être. On ne sait pas trop. Montrer son indépendance. Ne pas se soumettre tout de suite… mais quand même assez tôt pour avoir la possibilité d’accéder à un strapontin du Conseil. On a des idées… On voudrait bien participer.

Merde ! Merde et Merde !
Je suis dans une fureur folle !

Jusqu’à quand les Citoyens vont-ils se laisser marcher dessus par les appareils politiques ?
Jusqu’à quand allons-nous râler contre les partis, leurs pratiques et leurs apparatchiks sans rentrer sur le terrain ?

Qu’importe l’étiquette !
Dans un Conseil municipal, on peut être de droite, du centre, de gauche, de mars ou d’ailleurs … On n’en a rien à foutre !
Chacun ses convictions. Elles nous inspirent durant les débats autours des dossiers, des projets… mais quel besoin y a-t-il de se ranger en groupes ?
Nous sommes tous différents !
C’est cette différence qui fait la richesse du débat municipal.
« S’encarter », suivre la discipline de vote, c’est se scléroser, appauvrir les échanges, fermer la porte à des solutions qui seraient mille fois plus profitables à la Collectivité !

Et qu’on ne me dise pas que c’est une utopie !
Ce qui est une illusion morbide, c’est de se soumettre au fatalisme que distillent les partis.
« Sans nous, point de salut!  » Mon cul !

Publicités
Cet article, publié dans Les billets politiques, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour « Sans les partis, point de Salut ! » … Mon cul !

  1. minijack dit :

    100% d’accord. La dictature des partis est le pire système pour une démocratie, elle finit par imposer une dictature de la pensée dichotomique où tout est forcément blanc ou noir, et bon ou mauvais selon que c’est de Gauche ou de Droite.

    • Merci, Minijack, de cet accord à 100%.
      Soyons toutefois vigilants. Même s’il semble que nous tombions de plus en plus souvent d’accord, promettons nous une chose : Nous ne fondrons jamais un parti ! 🙂

  2. pierre dit :

    Il est temps de ne plus salir ce mot démocratie. Alors on y va???

  3. osezorleans dit :

    Agoras Osons Orléans est une association qui se positionne au dessus des partis avec comme objectif d’orienter les choix politiques. Nous ne sommes pas là pour prendre un quelconque pouvoir mais pour travailler sur le fond.

    • Effectivement et je n’ai nullement prétendu le contraire. J’ai dit en substance qu’Agoras est un outil au service de la prise de pouvoir par le PS non que vous entendiez le prendre vous-mêmes.
      Article paru dans Mag’Centre en juillet 2012. « Un Terra nova orléanais ? Agoras : osons Orléans ne réfute pas la comparaison « flatteuse » avec ce laboratoire proche du PS »
      http://www.magcentre.fr/agoras-osons-orleans-un-club-qui-reflechit-a-gauche/
      Et, je note, cher Philippe, qu’animateur et promoteur d’Agoras, tu t’es d’ores et déjà déclaré supporter de la candidature de Corinne Leleveux-Texeira comme « première socialiste » (selon les termes de votre parti).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s